pose fils tenseurs chez l'homme

LA POSE DE FILS TENSEURS CHEZ L’HOMME

La pose des fils tenseurs Spring Thread est un geste adapté aussi bien chez la femme que chez l’homme. Focus sur la pose de fils tenseurs chez l’homme.

Eux aussi, se tournent vers des techniques esthétiques pour se sentir mieux dans leur peau. Ils sont de plus en plus nombreux à venir en consultation. Parfois ils accompagnent leur femme en consultation et viennent aussi de leur propre initiative. Leur principale demande est de ralentir et réduire les signes du vieillissement. Ils sont également en quête de plus de masculinisation, avec un visage plus carré et plus anguleux.

Chez la femme, c’est généralement à partir de 35-40 ans que l’on commence à s’intéresser aux fils tenseurs: lorsque les sillons nasogéniens et les plis d’amertume se marquent, que les pommettes s’affaissent et que des bajoues apparaissent.

Chez l’homme, bien qu’il n’existe pas de règle (tout comme chez la femme d’ailleurs), c’est le plus souvent à partir de 40 ans que l’on commence à traiter le tiers inférieur du visage.

La pose des fils tenseurs permanents a donc pour but de replacer les volumes graisseux dans leurs positions normales. Le but étant de redessiner l’ovale du visage, recréer les pommettes, estomper les sillons nasogéniens, les plis d’amertume et les bajoues…

Spring Thread®, c’est le traitement esthétique par fils tenseurs efficace pour un ovale du visage retrouvé : Lifting vertical, résultats immédiats, amélioration dans le temps et effet longue durée. Cette innovation esthétique française brevetée repositionne les tissus tout en maintenant les expressions naturelles. Avec cette technique, le visage garde ses traits masculins. C’est la raison pour laquelle les médecins peuvent traiter la ptose chez l’homme avec des fils tenseurs sans aucune inquiétude de féminiser le visage.

Il n’y a plus aucun doute à avoir, la médecine esthétique n’est pas réservée qu’aux femmes.

Lire aussi : Le vieillissement du visage, une question d’étapes ?

Add a Comment

Vous devez être connecté pour commenter cet article